Média apolitique et en accès libre pour tous

Améliorer l'information
environnementale

Email

info@lecologiste.com

Téléphone

+225 07 57 37 47 14

Changement climatique : Un dialogue structuré sur la transparence dans le cadre de l’Accord de Paris

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le Dialogue national structuré sur la transparence climatique s’est ouvert le lundi 5 septembre 2022 à Latrille Events Deux-Plateaux en présence du Directeur de Cabinet adjoint, Monsieur KODEDHI Gnahoré représentant le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, M. COULIBALY Seydou  représentant Madame le Point Focal Opérationnel du FEM, M. BROU Bernard, représentant Madame  la Représentante Résidente du PNUD,  ainsi que des parlementaires, des représentants des partenaires techniques et financiers, des institutions, des ministères techniques, des universitaires, du secteur privé, des organisations de la société civile et des collectivités territoriales.

Selon les organisateurs, ce dialogue a pour objectif principal de construire le cadre de transparence renforcé de la Côte d’Ivoire permettant de suivre les actions climatiques en vue de l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Il s’inscrit dans le cadre du projet Amélioration du système de transparence pour une action climatique renforcée en Côte d’Ivoire de l’Initiative de Renforcement des Capacités pour la Transparence (CBIT) du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Cette initiative est conduite par le Programme National Changements Climatiques (PNCC) du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD) en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Amélioration du système de transparence pour une action climatique renforcée en Côte d’Ivoire

L’Accord de Paris de 2015 a mis en place un Cadre de Transparence Renforcée (ETF) en vertu de son article 13, visant à renforcer la confiance mutuelle et à promouvoir une mise en œuvre efficace des engagements nationaux. 

La transparence est l’épine dorsale de l’Accord de Paris est cruciale pour parvenir à une action climatique efficace. 

L’établissement de l’ETF permet de suivre, notifier et examiner les informations pertinentes par rapport à la mise en œuvre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et des autres accords qui l’ont suivi.

C’est pourquoi le représentant du Ministre Jean-Luc ASSI a indiqué que cette rencontre demeure comme un réservoir de production des solutions idoines pour relever les défis de la lutte contre les changements climatiques. « La rencontre de ce jour se veut donc un cadre de réflexion et d’échanges permettant d’identifier des pistes de solutions devant concourir à un aboutissement idéal de ce cadre de transparence renforcé sur l’action climatique que nous envisageons. Elle sera le reflet de l’action concertée et de la synergie d’actions de toutes les parties prenantes nationales à l’action de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation face aux changements climatiques. », a-t-il éclairé.

M. KODEHI a également signifié que les recommandations du dialogue contribueront aux débats lors des discussions lors de la COP 27 en Egypte. 

Le CBIT (Initiative de Renforcement des Capacités sur la Transparence) fait partie intégrante du soutien apporté par le FEM (Fonds pour l’Environnement Mondial) au changement climatique dans le cadre du FEM-7 (2018-2022) et les projets sont soutenus par le Fonds d’affectation spéciale du FEM.

Cet aspect a été renchéri par M. COULIBALY Seydou représentant madame le point focal opérationnel du FEM.

« Le CBIT est l’un des moyens par lesquels le FEM (Fonds pour l’Environnement Mondial) soutient la mise en œuvre réussie de l’Accord de Paris et de ses principaux piliers que sont la transparence et la responsabilité. Les activités du CBIT s’inscrivent dans le cadre de la fourniture essentielle par le FEM d’un soutien aux pays en développement parties pour qu’ils s’acquittent de leurs obligations en matière de rapports en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), y compris les communications nationales et les rapports biennaux actualisés. », a-t-il relevé.

Le PNUD s’est engagé à accompagner des expériences et le développement d’outils novateurs de lutte contre les changements climatiques, qui contribueront significativement à une meilleure transparence renforcée et inclusive en Côte d’Ivoire.

A cet effet, M. BROU Bernard représentant Madame la Représentante résidente, a noté pour sa part que le dialogue structuré est une plateforme pour le développement de nouveaux mécanismes.

« Certes, la Côte d’Ivoire dispose de certains outils et moyens pour rendre transparent ses actions de lutte contre les changements climatiques, mais cela a besoin d’un renforcement. C’est pourquoi, ce dialogue contribue non seulement à faire un état des lieux des outils et des moyens de transparence disponibles, mais aussi de développer de nouveaux outils et moyens adaptés à l’évolution du contexte climatique mondial. », a-t-il déclaré

Le dialogue structuré s’est déroulé du 5 au 7 septembre 2022 avec plusieurs panels regroupés en quatre sous-thèmes. Les participants sont issus de la Côte d’Ivoire et des experts internationaux ont pris part également en présentiel comme en hybride.

Stéphane Paterne

Tags

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.